Gare de tours,6h30, tiens ? il n'est pas là....

Dans le train,6h45, Ahh? il n'est pas là....


vendredi_aller_SNCF_Light













A La Rochelle, bon, il n'est pas là....

bref, nous sommes 2 sur 3. Pas de mousse. Je ne parle pas de bière, mais du mousse du l'équipage. Pas de réponse aux coups de téléphone...ferait il le mort ?

Tahar nous a fait faux-bond,bon, On fera le convoyage à 2 Nicolas et moi.

Arrivé au bateau dans le port de Rochefort, Hale Bopp est là  dans une sorte de parking plein de bateaux à sec maintenus dans un improbable équilibre par leurs bers. Étonnant. Primo, trouver une échelle pour monter à bord, oui, une échelle, parce que un bateau à terre..c'est haut. Surtout que la bête en question fait dans les 13m et frise les 12 tonnes. Nicolas file à la capitainerie pour s'en faire prêter une et voir pour les formalités de mise à l'eau prévues pour demain midi par la même occasion, pendant que je l'attend bien sagement auprès de sa frégate. Quand il revient c'est pour annoncer que la mise à l'eau, c'est maintenant, tout de suite, ou lundi !!! Les gars de la capitainerie, ne sont pas en gros effectif à cette période de l'année et puis ils avaient un brin oublié... Samedi, y a personne pour ouvrir l'écluse, dimanche, c'est repos, bref, c'est maintenant.


vendredi05_light


Bon, bah, maintenant alors !


vendredi09_light


Un tour de tracteur, un grutage, et le bateau flotte. Le temps de vérifier l'étanchéité, le bon fonctionnement électrique et moteur, et nous partons manger, invités par Christian, le paternel de Nicolas. on verra après pour le check-up et la préparation.

Un p'tit gastos sympa. L'ancienne cantine d'une usine de bois qui est devenu le resto ouvrier du secteur. Ambiance, table commune et sortie d'atelier devant un plateau tout à fait honnête et une cafetière allumée dans un coin, en libre service, qui laisse cuire et recuire tranquillement son café.

Fin des agapes, Nicolas au bateau pour la mer, moi aux courses pour l'estomac.

Nous avons tout juste le temps! Je grimpe en tête de mât, à 15 mètres de haut tout de même, pour récupérer les drisses. Nous installons les voiles ,les ferlons. Nous commençons à ranger les courses dans le bateau quand le klaxon de l'agent portuaire retentit pour nous dire qu'il ouvre l'écluse tout de suite, avec la marée haute, en nous faisant comprendre qu'après nous il la referme pour quitter son service. En gros, quand on sera sorti, il sera en week-end.

Bon, bah, maintenant alors!

Il est 17h, et nous sommes à l'eau hors du port, prêt à partir. Seulement, la Charente à descendre, c'est 3h jusqu'à l'embouchure, après faudrait rejoindre l'île d'Aix, la nuit tombe, sans parler que la Charente, elle est parcourue par des cargos considérablement plus gros que nous, qui ne sont pas là pour la croisière et qui vont plus vite que nous, qui freinent mal et qui sont moins manœuvrable que nous.... Alors, on verra demain matin, il fera jour! Et puis ça nous permet de finir tranquillement de s'installer. Nous partons nous balader en ville en passant devant le chantier de l'Hermione avant de s'accouder au comptoir d'un bar.

Ben, oui. Il a beau faire froid, faut rester civilisé.